Soutien à Henri et Marie-Thérèse, mis à la rue par des squatteurs !

Monde à l’envers : « Les gendarmes font des rondes pour protéger la famille de squatteurs » (Nice-Matin)

Henri et Marie-Thérèse à la rue pendant 3 semaines car des squatteurs occupent leur maison… 

et les autorités n'ont RIEN fait !

*** Urgent : soutenez Henri et Marie-Thérèse pour que ça n'arrive plus jamais, à personne !  

Chers amis,

Henri Kaloustian, 75 ans et sa femme Marie-Thérèse sont un couple paisible de retraités.

Grâce à une dure vie de labeur, ils ont pu s’acheter une petite maison au bord de la mer.

Et pour passer leurs vieux jours, ils ont décidé de quitter Lyon définitivement et s’installer dans leur maison à Théoule, près de Cannes.

Mais c’est là que le CAUCHEMAR commence.

Cela s’est passé à la mi-août, il y a déjà trois semaines.

Après 5 heures de voiture, le couple de retraités est heureux d’arriver chez eux, à Théoule.

Henri met la clé dans la serrure… mais la porte reste fermée.

La serrure a été changée !

Il voit à l’intérieur de sa propre maison un homme et une femme qu’il ne connaît pas !

Et ces gens se comportent comme s’ils étaient chez eux !!

Ils expliquent à Henri qu’ils occupent son domicile depuis plus de 48 heures, et qu’ils sont donc désormais chez eux.

Tant que la Justice n’aura pas tranché, Henri et sa femme sont donc à la rue.

Henri est rouge d’indignation, mais ne peut rien faire.

Le soir même, le couple a dormi dans leur voiture, en face de sa maison.

Tenez-vous bien : depuis leur voiture, Henri et Marie-Thérèse ont vu les occupants dîner tranquillement sur leur terrasse !!

Le lendemain, Henri va voir les gendarmes, certain de pouvoir rentrer chez lui.

Mais c’est la douche froide.

« Les gendarmes m’ont répondu que je ne pouvais pas rentrer chez moi. Désolé, les squatteurs ont tous les droits, m’ont-ils dit » (1)

Et en effet, selon le journal Le Parisien :  « Les gendarmes ont reçu ordre de patienter jusqu'à ce qu'une décision de justice ne vienne trancher cette situation, qui devra être constatée par huissier ».

Et cela a duré pendant 3 semaines !

Trois semaines que Henri et Marie-Thérèse dilapident leurs économies à l’hôtel, alors qu’ils devaient couler des jours tranquilles CHEZ EUX !

Sa femme n’en peut plus : « je ne dors pas la nuit, je ne mange pas », a-t-elle expliqué aux journalistes de LCI. (2)

Henri souffre de problèmes cardiaques.

Avec la colère et le sentiment d’injustice, il n’est pas à l’abri d’un accident mortel.

« Si je décède ou ma femme décède à cause de ce problème-là, j'ose certifier que ça va devenir rouge à Théoule. C'est une honte » (CNews) (3).

Vous le voyez il n’y a pas une seconde à perdre.

Je vous demande de signer d’urgence la pétition de soutien à Henri et Marie-Thérèse

Car la réaction des autorités a été tout simplement scandaleuse.

Le 6 septembre, alors que Henri et sa femme sont privés de leur foyer depuis plus de 15 jours, voici ce que la ministre Emmanuelle Wargon a déclaré :

« Il n’y a pas de défaillance judiciaire » (Ministre du logement) (4)

Pour Madame la Ministre, c’est comme si la situation était normale !

Henri a failli avoir une attaque en l’entendant : « Quand on viole votre domicile, vous ne trouvez pas que c’est une défaillance » ??

Et ce n’est pas tout.

 Savez-vous ce que font les policiers et gendarmes ?

Lundi soir, ils défendaient encore le couple de squatteurs, contre leurs propriétaires !!

Je vous jure que je n’invente rien.

Selon le journal Nice-Matin, « policiers municipaux et gendarmes effectuent des rondes toute la journée pour protéger la famille de squatteurs ». (5)

NOUS NE POUVONS PAS RESTER LES BRAS CROISÉS DEVANT PAREILLE INJUSTICE.

Car le plus ahurissant, c’est que la famille de squatteurs n’était même PAS dans le besoin !

C’est le journal Le Figaro qui a révélé cette incroyable vérité.

Figurez-vous que la famille de squatteurs a une voiture… et un logement !

Oui, les squatteurs ne sont pas à la rue, bien au contraire : ils habitent en région parisienne !!

« Ce ne sont pas des SDF, mais des voyous qui bafouent un droit fondamental », a déclaré à juste titre le maire de Théoule.

Et ce qui fait froid dans le dos, c’est ils ne sont pas arrivés chez Henri et Marie-Thérèse par hasard.

C’est probablement une ORGANISATION CRIMINELLE qui est en action.

« Il doit y avoir des réseaux de passeurs, comme pour les migrants, qui leur ont trouvé cette maison », selon le maire.

Cela veut dire que vous et moi ne sommes pas à l’abri !

Imaginez une seconde que cela vous arrive à VOUS, demain matin.

L’avocat du couple, Me Renaud Broc, a clairement expliqué le cauchemar :

« Rendez-vous compte que ces gens mangent leurs provisions, dorment dans leurs draps, vivent dans leurs souvenirs de famille ».

Il faut tout faire pour éviter que d’autres personnes ne subissent le même sort.

Selon le maire de Théoule, Georges Bottela, il faut changer les choses, « sinon, comme pour les violences, on risque de voir ces affaires se multiplier ».

Si nous, peuple français, ne nous levons pas pour soutenir Henri et Marie-Thérèse et demander un changement du système, cela va continuer.

Car ce n’est pas la première fois que cela arrive, loin de là !

Voici un petit échantillon de ce qui s’est passé ces derniers mois :

  • Julien-Claude Sautron, 53 ans, a été hospitalisé pour une opération du coeur. A son retour au Port, il constate que son appartement a été squatté et ravagé : lui aussi a dû dormir dans sa voiture, alors qu’il est sous appareil respiratoire (5) !!! (Source : France TV)
  • A Bron, une femme a dû attendre plus de 12 mois avant de récupérer sa maison, à cause de la trêve hivernale (6) ! (source : Lyon Capitale)
  • A Méricourt, une maman qui sortait de confinement et venait de quitter son concubin violent a retrouvé son nouveau domicile squatté (7) : impossible de rentrer chez elle avec sa petite fille (source : La Voix du Nord) !
  • Même drame à Montpellier, selon CNews : « Il rentre de confinement et trouve 4 squatteurs chez lui » (8)
  • Il y a quelques semaines, le 13 juillet, Christian a retrouvé lui aussi son domicile de Montreuil occupé – et le squatteur a exigé d’être payé pour partir ! Christian a refusé et s’est retrouvé à la rue (9), à attendre une décision de justice (Source : Sud-Ouest) !

Cela ne peut pas continuer comme ça.

C’est le monde à l’envers.

Regardez ce titre de presse récent :

Vous vous rendez compte de l’inversion des priorités !

Les autorités n’hésitent pas à faire la guerre pour des masques dans la rue…

…mais refusent de lever le petit doigt si vous êtes à la rue, privé de votre domicile !

Et transférez là à tous vos contacts, VITE.

Je compte sur vous,

Thierry Champion

PS : au-delà de l’injustice criante, c’est aussi notre pouvoir d’achat qui est en jeu.

Car tous les locataires et propriétaires vont devoir se mettre à la télésurveillance, avec tous les coûts que cela implique : il faudra équiper les portes et fenêtres de qualité équipés de détecteurs d’effraction… voir même payer des sociétés de surveillance pour faire des rondes régulièrement !

Une fois de plus, c’est celui qui travaille et respecte la loi qui est PÉNALISÉ.

Alors que nous payons des impôts pour que la police protège les citoyens honnêtes de ces actes de délinquance !

Signez la pétition de soutien, ce qui est arrivé à Henri et Marie-Thérèse est l’illustration de ce qu’il faut faire CESSER en France, de toute urgence !

Observatoire International du Pouvoir d'Achat (OIPA)
Case postale - 1211 Genève 3 – Suisse / Contact mail : association.oipa@gmail.com